Municipales 2020: A Laon les gilets jaunes sur le pied de guerre

Ce mercredi 26 février à Laon, les Gilets Jaunes organisaient leur soirée électorale. Depuis plus d’un mois, les rumeurs allaient bon train sur le dépôt d’une liste Gilets Jaunes pour les élections municipales 2020.

Un discours haut en couleurs

Les Gilets Jaunes de Laon ont réalisé un véritable coup de com’ à travers cette soirée, s’attaquant à la politique d’Emmanuel Macron et de son gouvernement par la satire et l’humour. Le message est clair et leur conclusion sans appel. 

A la tribune, un discours faisant l’apologie de la pensée macroniste, demandant même a aller plus loin dans cette politique. C’est par la satire que les Gilets Jaunes exposent les dangers de la politique menée par le gouvernement, sécurité, environnement, économie, tout y passe.

l’égalité doit être le socle fondateur de toutes sociétés digne de ce nom, mais attention! L’égalité ne doit pas être un dû par l’Etat. Il appartient à chacun de se prendre en main. […] L’égalité commence ici, il appartient à chacun de prendre en main sa vie et son avenir, la politique menée par le président de la République peine à obtenir des résultats, et pour
cause, rien n’est fait en profondeur. La réforme de l’assurance chômage, par exemple, va dans le bon sens, mais comme toujours, les choses ne sont que survolées à la va-vite par quelques bureaucrates. Il
faudrait simplement supprimer l’assurance chômage afin que chacun prenne ses responsabilités et retourne au travail. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant d’autres, nous pourrions évoquer la défaillance des services publics, trop nombreux, trop coûteux. L’Etat n’a pas à subvenir aux besoins des citoyens, c’est aux citoyens qu’il appartient de faire vivre l’Etat.

Les Gilets Jaunes n’hésitent pas a évoquer également la ligne sécuritaire du maire sortant Mr Delhaye en allant jusqu’à proposer la multiplication par trois des effectifs de la police municipale et la dotation d’armes de guerre, ou encore, l’implantation de la reconnaissance faciale.  

Le discours force le trait au fur et à mesure jusqu’à l’absurde, proposant la transformation du poma en toboggan géant ou encore exproprier des riverains pour créer un par d’attraction géant autour de l’abbaye Saint-Vincent. Le discours peut être retrouvé en intégralité sur la page Facebook des Gilets Jaunes de Laon

Vidéo du discours 

Une conclusion qui tranche et ne laisse aucun doute

La fin du discours met fin à la plaisanterie et rappel l’engagement du mouvement des Gilets Jaunes et explique pour quelles raisons les Gilets Jaunes laonnois ne déposeront finalement pas de liste pour les élections munipales.

Vous l’aurez compris, les Gilets Jaunes de Laon ne constitueront pas de liste ce soir, les Gilets Jaunes sont, et resteront, un mouvement apartisan, constitué de nombreux individus. Chacun ayant des visions différentes de la politique. Mais ce qui nous anime, ce qui nous réunit chaque jours, c’est la lutte contre ce pouvoir autoritaire aux dérives fascistes, qui vise à détruire notre modèle social et les valeurs qui ont fondées notre société: la liberté, l’égalité et la fraternité.
Nous ne pouvons ni ne devons rester dans l’immobilisme face à la destructions de nos acquis sociaux. Nous ne pouvons ni ne devons rester sourds face aux enjeux climatiques. Nous ne pouvons ni ne devons rester aveugles face à la détresse et à la pauvreté grandissante de nos concitoyens.
Nous ne pouvons ni ne devons laisser l’argent roi et une poignée d’oligarques et de milliardaires du CAC40 nous dicter la façon dont nous devons vivre.
Le mandat électoral tel qu’il est conçue est un vote pour une personne ou un groupe de personnes, plus que pour un programme, programme qui, par ailleurs, n’est que très rarement suivis. C’est pour quoi nous soutenons l’idée d’un mandat impératif, qui permettrait de contraindre les élus à appliquer le programme pour lequel ils ont été élus. Ou le cas
échéant, un référendum révocatoire, qui permettrait de mettre fin aux fonctions d’un élu, local ou national. Le RIC, référendum d’initiative citoyenne, est une des revendications des Gilets Jaunes depuis le tout début de notre mouvement, proposition qui, comme toutes les autres, n’a jamais était entendue par le gouvernement d’Emmanuel Macron.
C’est pourquoi nous lutterons jusqu’à ce que nos revendications trouvent enfin écho auprès de nos politiciens, et que nous livrerons toutes nos forces dans cette bataille contre Emmanuel Macron, les membres de son gouvernement et de sa majorité et nous appelons chacun et chacune à voter, en son âme et conscience, tout en faisant barrage aux candidats LREM, ou soutenus par la République en marche, La Raclée En Mars.

risus quis, leo. ut dapibus ipsum porta. Phasellus commodo Lorem
%d blogueurs aiment cette page :