Lubrizol: Quelles conséquences après la catastrophe?

Quelques jours après l’incendie qui a ravagé une partie du site seveso de l’usine Lubrizol à Rouen, les questions et inquiétudes des habitants demeurent.

L’incendie du site seveso

Selon nos dernières informations, au moins 209 communes font face à des restrictions sanitaires, par des arrêtés préfectoraux, suite à l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen. (Voir la carte des communes concernées)

selon les autorités qui y ont interdit « à titre conservatoire » la récolte des cultures et des denrées alimentaires d’origine animale, en attendant les résultats d’analyses plus poussées.

« Les retombées de suie occasionnées par ce nuage sur les zones de production agricoles sont susceptibles de présenter un risque de santé publique qui nous impose la prise de mesures conservatoires immédiates guidées par le principe de précaution », justifie la préfecture de région.

Le lait, le miel collectés et les oeufs d’élevage en plein air pondus depuis jeudi «sont consignés sous la responsabilité de l’exploitant jusqu’à l’obtention de garanties sanitaires sur les productions, sur la base de contrôles officiels,» selon les arrêtés des différentes préfectures publiés dimanche. «A défaut de garanties sanitaires satisfaisantes, ces productions seront retirées de la consommation humaine et de l’alimentation animale et détruites»

Quels risques après les retombées?

De l’amiante dans la toiture, du benzène sur le site de l’entreprise et des traces de plomb dans les suies retombées sur le passage du panache de fumée. Voilà ce que mettent en évidence les analyses réalisées au lendemain de l’incendie de l’usine Lubrizol , le benzène à lui seul est classé cancérigène.

Difficile de comprendre les propos plutôt rassurants du premier ministre dans ces circonstances. Le professeur André Picot, toxico-chimiste et ancien directeur de l’unité prévention en risques chimiques au CNRS considère que « Les analyses livrées par la préfecture sont hors de propos ».

“Les analyses livrées par la préfecture sont hors de propos. Ce qui est recherché par exemple, ce sont des produits classiques comme le dioxyde d’azote qu’émettent les moteurs diesel. Donc vous ne risquez pas de trouver des taux dans l’air différent de la normale. Il faudrait savoir exactement ce qui a brûlé au sein de l’entreprise. Le directeur du site Lubrizol doit forcément savoir ce qui se trouve dans les stocks. À partir de ce moment, vous savez quoi chercher.” a-t-il confié à nos confrères de Paris Normandie.

Alors quels produits ont brûlé durant l’incendie?

Nous nous sommes procuré cette liste par la préfecture de Seine Maritime, mais là encore, c’est assez flou:

Inventaire détruit lors de l’incendie du site seveso Lubrizol de Rouen

La liste détaillée des produits stockés est consultable ici (en anglais), telle que fournie par l’exploitant. Très vite il en ressort des éléments clairement néfastes, beaucoup sont catégorisés “H302“, ce qui signifie Toxicité aiguë catégorie 4, nocif en cas d’ingestion. Ou encore le “H413“, Danger pour le milieu aquatique, Toxicité chronique Catégorie 4, Peut être nocif à long terme pour les organismes aquatiques.

Pour mieux comprendre la toxicité des produits stockés, le tableau de classification est accessible ici.

De nombreuses organisations, syndicales, associatives ou environnementales ont déjà lancé des analyses de leur côté auprès de laboratoires indépendants. La CGT qui a déjà reçu des premiers résultats évoque un rapport de 10 à 100 fois supérieur à la normale sur certaines analyses, comme la qualité de l’air par exemple de 0,2 µg/m3 (microgramme par mètre cube) pour la zone témoin, et détectée à 10 µg/m3 par endroit.

 La CGT Seine Maritime, par la voix de Gérald Le Corre considère que la “préfecture fanfaronne sur le fait qu’on serais en dessous d’un seuil sanitaire détecté par le laboratoire”. Le représentant syndicale qui n’a pu retenir son émotion en évoquant les probables futurs problèmes de santé dont pourraient souffrir des rouennais, l’interview intégrale de Serge Le Corre est également visible ici:

 

velit, pulvinar at commodo porta. ut ipsum
%d blogueurs aiment cette page :