Les syndicats de police dénoncent les méthodes de Castaner

Après l’acte XVIII, le fiasco du maintient de l’ordre et le limogeage de plusieurs hauts responsables du maintient de l’ordre, dont le Préfet de Police Michel Delpuech et son Directeur de Cabinet, les syndicats de police montent au front contre le gouvernement et le ministre de l’Intérieur. 

“Fiasco de la gestion du maintien de l’ordre lors de l’acte 18 des Gilets jaunes : le limogeage du préfet Delpuech ne suffira pas !
Un mauvais remake du “Sarko Show”, théâtralisé sur la dalle d’Argenteuil lorsque l’ancien locataire de la place Beauvau rêvait encore d’Elysée en promettant aux Français de débarrasser la Nation de la racaille, s’est rejoué hier place de l’Etoile à Paris.

Christophe Castaner a maladroitement tenté, lui aussi, de faire le show devant les caméras et les micros, promettant de rétablir l’ordre face à “quelques dizaines d’assassins” selon ses propres mots.

Toutefois, vu l’état des Champs-Elysées et dix-sept de nos collègues blessés, Castaner aurait mieux fait d’aller passer la soirée en boite de nuit plutôt que de venir parader devant les caméras pour faire le constat de sa propre incurie à assurer la sécurité des personnes et des biens.

Pourquoi les casseurs venus de l’étranger n’ont-ils pas été bloqués aux frontières ?

Pourquoi les émeutiers n’ont-ils pas été interpellés préventivement avant de se regrouper sur les Champs ?

Pourquoi l’accès à la plus belle avenue du monde n’a-t-il pas été filtré ?

Comment, quelques dizaines d’individus, peuvent-ils tout saccager et piller sur les Champs alors que nos collègues sont censés être en surnombre par rapport à eux ?

Pourquoi les collègues n’ont-ils pas eu ordre hier de faire usage des LBD 40 avec les munitions originales contre le Black bloc alors que cette arme et ces munitions de force intermédiaire ont été massivement utilisées pour arroser la foule depuis le 17 novembre ?

Une fois encore, ce sont les ordres donnés par l’autorité administrative qui sont en cause, pas le professionnalisme de nos collègues.

L’incompétence de cet exécutif expose chaque samedi la vie des policiers et des gendarmes face aux casseurs d’extrême gauche et à la racaille venue de banlieue.

Nos collègues ne peuvent plus servir de chair à canon tous les week-ends pour permettre à des politiciens de faire carrière.”

 

Le syndicat de France Police – Policiers en colère, n’a pas mâché ses mots sur le “fiasco” du maintien de l’ordre, mais il ne s’est pas arrêté là, en réaction aux annonces du gouvernement, dénonçant des mesures sécuritaires et inutiles ainsi que le système du “fusible”, alors que selon lui les responsables sont les ministres Castaner, Nunez et Belloubet.

 

“Envoyer nos collègues au casse-pipe face aux casseurs et sortir des drones, c’est tout ce qu’a trouvé Edouard Philippe comme mesures fortes. Ubuesque !
Comme attendu, le fusible Delpuech a sauté. Mais aucune sanction contre les Castaner, Nunez ou Belloubet, malgré une chienlit inédite sous la cinquième République.

Au lieu de répondre aux revendications des Gilets jaunes, le gouvernement envoie encore et toujours nos collègues au feu. La nouvelle stratégie ? Aller au contact des casseurs..

Ces mêmes politiciens donneurs d’ordres vont ensuite jouer les vierges effarouchées et faire pleuvoir les enquêtes IGPN contre nos collègues, étonnés qu’il y ait des blessés ou des morts..

Si dans trois semaines, les groupes violents veulent à nouveau en découdre, il risque d’y avoir des morts, d’un côté comme de l’autre.

Ce gouvernement est tout simplement irresponsable. Si les ronds-points n’avaient pas été évacués manu-militari, nous n’en serions pas là.

Une question se pose : le fiasco de samedi ne sert-il pas les intérêts politiques de la macronie ? Car avec de telles violences, les Gilets jaunes finiront par ne plus descendre dans la rue où il ne restera face à nous que des casseurs ultra-violents.

Mais peu importe, l’essentiel pour cet exécutif étant de ne surtout pas toucher à l’ISF, ni rendre le pouvoir au peuple par le RIC, tout en continuant à taxer les Français jusqu’à la mise en bière.

Nos collègues sont utilisés comme des casques bleus où ils doivent s’interposer sans aucun moyen. Cette instrumentalisation est insupportable.”

 

L’Exécutif en mauvaise posture, au moment même ou Christiphe Castaner et Bruno Lemaire sont entendus au Sénat pour en savoir plus sur les défaillances qui ont permit de tels débordements.

Selon une note interne de la Préfecture de Police de Paris, le Préfet aurait demandé a ne plus utiliser les LBD40, car trop dangereuses dans le maintien de l’ordre, en contradiction avec les ordres du ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, qui lui, prônait son utilisation massive.

De nouvelles propositions pour le maintien de l’ordre ont été annoncées, tel que l’usage de drones, pour autant aucune décision politique n’a été annoncée pour tenter de mettre fin à cette crise sociale qui dure depuis quatre mois.

lectus Praesent ut non leo. commodo sed risus. amet, accumsan id mi,