La France paye sa répression des manifestations et sa militarisation

Le “Global Peace Index 2019” est paru, sans surprise la France dégringole et paye sa militarisation et sa répression lors des manifestations des Gilets Jaunes.

A égalité avec la Namibie, le pays des droits de l’Homme  a grise mine

La France apparaît 60ème du « Global peace index 2019 », à égalité avec la Namibie (29ème sur 36 en Europe). Historiquement pénalisée pour son extrême militarisation, la France perd deux places à cause de la répression des manifestations de Gilets Jaunes.


Le rapport annuel du « Global peace index 2019 » rappelle que cinq pays seulement représentent plus de 75 % des exportations totales d’armes dans le monde :

  • les États-Unis,
  • la Russie,
  • l’Allemagne,
  • la France 
  • la Chine.

La France figure parmi les cinq pays d’Europe qui connaissent une détérioration concomitante du niveau de vie des habitants et de la satisfaction vis-à-vis des libertés, avec l’Espagne, la Belgique, l’Irlande et le Danemark.

L’Europe reste la zone la plus paisible du monde.

La confiance vis-à-vis de l’honnêteté des élections a baissé en France, selon l’enquête réalisée pour ce « Global peace index 2019 ».

C’est également le cas en Uruguay, au Botswana, aux Pays-Bas et de façon spectaculaire en Espagne. Une baisse de confiance qui se constate à chaque mouvement social mais un indice de la santé des démocraties à travers le monde.

Dans le détail, la France est 22ème au classement des pays connaissant le moins de conflits nationaux et internationaux en cours.

Sûreté et sécurité de la société

La France est 34ème en termes de sûreté et de sécurité de la société.
La France apparaît dans le top cinq des pays les moins bien classés à cause de leur militarisation. Ils possèdent tous l’arme atomique et donc les plus grandes capacités de destruction.

Pour finir, la France est 75ème en termes de coût de la violence sur l’économie, à 2.840 $ par habitant.

On compte les dépenses militaires, la sécurité intérieure, le coût des crimes, des suicides ou des incarcérations et leurs conséquences indirectes sur le développement.

 

Le rapport complet est téléchargeable ICI

pulvinar luctus Praesent elementum facilisis non suscipit mi, neque. sem, mattis consectetur
%d blogueurs aiment cette page :