La CFDT-cheminots rejoint la grève générale du 5 décembre

Le dernier des quatre principaux syndicats s’engage aussi dans un mouvement reconductible.

La CFDT-cheminots entre dans la danse pour la grève générale du 5 décembre

Les syndicats de la SNCF durcissent le ton. La mobilisation et la contestation risque de se durcir encore d’ici le 5 décembre, jour de la mobilisation nationale contre la réforme des retraites.

Quelques jours après l’annonce de la CGT-Cheminots le 9 novembre, ainsi que de l’Unsa ferroviaire et de SUD-Rail, qui ont signé un appel unitaire à une grève illimitée, la CFDT-cheminots entre dans la danse ce jeudi, indiquant qu’elle déposera un préavis «dès ce soir ou demain».

« Le gouvernement n’a pas mesuré les attentes des cheminots qui ont besoin d’être rassurés », a indiqué le secrétaire général de la CFDT-Cheminots Didier Aubert. Il sortait d’une réunion qui s’est tenue ce mardi midi au ministère des Solidarités avec le haut-commissaire aux retraites Jean-Paul Delevoye et le secrétaire d’Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari.

Cette réunion était la deuxième table ronde prévue dans le cadre de la concertation sur la réforme des retraites.

La première, fin octobre, avait déjà été boycottée par la CGT-Cheminots et SUD-Rail, qui réclament l’abandon du projet de système universel de retraite par points.

Vers une mobilisation générale?

Si la mobilisation semble rassembler au sein de la SNCF et de la RATP, elle rassemble bien au-delà, enseignement, santé, pompiers, personnels administratifs de la police nationale, étudiants, Gilets Jaunes, retraités ou simple citoyens, ils se mobilisent toutes et tous pour cet appel qui s’annonce historique.

Un immense rassemblement à Paris pour la journée du 5 décembre mais pas que… De nombreux blocages se profilent également, de nombreux appels au blocage de routes, péages, ponts, raffineries et autres centres stratégiques se multiplient sur les réseaux sociaux.

La crainte d’un décembre noir, bien plus que d’une journée noire, c’est là, la véritable crainte du gouvernement. Le risque d’une insurrection fait trembler le palais de l’Elysée.

amet, neque. ut porta. Aliquam Aenean
%d blogueurs aiment cette page :