Gilets Jaunes: Un déferlement de violences… policières…

Si les témoignages de victimes et de témoins de violences policières se multiplient sans cesse, l’Acte XXII à Toulouse était une nouvelle étape franchie. 

Dès le début de la manifestation les Forces de l’ordre ont fait usage massivement de gaz lacrymogènes sur la foule nassée comme en témoignent ces images amateur.

Un usage disproportionné de la force, si les faits ne sont pas nouveaux, ils se multiplient. La répression en guise de réponse aux manifestants, voilà tout ce dont aura été capable le gouvernement face à l’un des plus grand mouvement social de notre ère contemporaine.

Les manifestants ne sont pas les seuls a en faire les frais, les journalistes eux aussi sont volontairement ciblés par les forces de l’ordre. Toujours à Toulouse ce samedi, une journaliste étrangère a été violemment prise à partie, molestée par plusieurs policiers après s’être fait soustraire une partie de son équipement.

Un bilan qui s’allonge sans discontinuer, d’acte en acte, de samedi en samedi… Pourtant le Ministre de l’Intérieur, droit dans ses bottes, déclare qu’il ne faut pas parler de “violences policières”. 

A quel moment, dans ce cas, devons nous parler de violences policières? Jamais, circulez, il n’y a rien à voir…

Nous n’auront de cesse de dénoncer avec force les abus de cet autoritarisme qui s’installe peu à peu dans notre pays, et continuerons de tout mettre en oeuvre pour que chaque victime puisse être identifiée et signalée. 

 

webinfo-france apporte son soutien  à toutes les victimes de violences policières, médics, journalistes, manifestants et passants malheureux.

 

Victimes ou témoins de violences policières?

L’écrivain et documentariste David Dufresne recense les victimes de violences policières dans le but de les signaler publiquement au ministère de l’Intérieur afin que la police des police soit saisie.

pour contacter David Dufresne: placeb@davduf.net

Dans la mesure du possible, pour contextualiser au mieux les faits:

  • Date
  • Ville
  • Type d’incident
  • Type d’arme employée
  • Force de l’ordre impliquées
  • Sources éventuelles (liens, page Facebook, twitter)
  • Contacts éventuels (victimes, témoins)
  • Photos, vidéos, plaintes, certificats médicaux, témoignages, etc, pouvant attester les faits.

 

Lorem Aenean Sed sem, id pulvinar