Gauche, droite ou centre, qu’importe l’étiquette, seul l’obtention du siège compte!

S’ils se déchirent, s’étrillent ou s’insultent dans les assemblées ou face caméra, les divergences politiques, les désaccords et idéologies sont vite mises de coté lorsqu’il s’agit d’être élu. Si certains préfèrent se défaire de leurs étiquettes, d’autres choisissent les alliances.

Des alliances, souvent improbables…

L’annonce a été officialisée par un communiqué de presse commun. Franz Quatrebœufs, Modem, et Xavier Thierry, Les Républicains, se rallient à Coline Craeye,  candidate investie tête de liste en septembre dernier par La République En Marche, en vue des élections municipales de mars 2020 à la mairie de Douai et font liste commune. 

Coline Craeye précise avoir “toujours revendiqué les valeurs fondées sur le rassemblement de toutes les sensibilités républicaines et progressistes, et souhaite porter un projet rassembleur et trans-partisan” . L’accord scellé ce 6 novembre pour les élections municipales de 2020 illustre la décomposition des partis politiques, les “visions politiques” convergent toujours dès lors que leurs élections sont en jeu.

Cette alliance, loin d’être un cas isolé, se retrouve dans de nombreuses villes comme à Annecy, Marseille, Jeumont, Roubaix, ou encore Valencienne pour n’en citer que quelques unes.

A Valencienne par exemple la campagne municipale prend un nouveau virage après celui du soutien du parti présidentiel LREM au maire sortant, une candidature de rassemblement réunit pour cette élection locale Europe Ecologie Les Verts, la France Insoumise, le Parti Socialiste, et Génération Ecologie, mais également avec le soutien de « Génération S ». Une alliance aussi improbable que large quand on sait les divergences affichées des différents mouvements politiques.

eget quis facilisis accumsan ipsum sit Donec